Thee Oh Sees : Lettre à John D.

« Ça aurait été hyper chouette mais John Dwyer ne donne pas d’interviews… ». Comme tu ne souhaites pas me rencontrer, et honnêtement je ferais pareil à ta place, je me permets de t’envoyer une petite carte postale.

Photo de Couverture : Tom Tom de Raw Journey


Paris, septembre 2016

Cher John,

A l’heure où j’écris ces lignes, tu es sûrement quelque part sur la route entre deux concerts, car tu as bien évidemment autre chose à foutre que de te coltiner des questions à la con sur le sens de tes chansons. Si des  musiciens  bien connus tels que au hasard «The Black Keys » ou «Foals» passent au moins autant de temps à rincer les médias et leur barbe bien taillée qu’à pondre de bons albums, tu  préfères astiquer ta guitare que soigner tes stats’ sur les réseaux sociaux à coups de plannings promo aussi emmerdants qu’un téléfilm programmé à 00h00 sur D17. Anton Newcombe n’a qu’à bien se tenir : tout en assurant que tout ce qui l’intéresse c’est « jouer de la musique » parce il n’en a « rien à foutre du reste », il continue de donner des interviews à la pelle à des petits merdeux dans mon genre. Sans mauvais jeu de mots, c’est que tu es (roulement de tambours), doué ailleurs.. Comme dirait mon vénérable père dans un jargon pragmatico-professionnel à décorner les bœufs, il faut « prioriser ». La musique. Le feu sacré avant la Television.

Justement la musique, parlons-en, puisque c’est de ça dont il s’agit. Tout a commencé avec Minotaur. Je t’avoue j’en ai bavé pas toi mon amour, cette nuit là, quand cette mélodie bâtarde m’est rentrée dans la tête pour ne plus jamais en sortir. J’étais là, défoncé à un truc que je ne conseille à personne et ta douceur garage envapée m’a collé la tête au plafond. Le genre de chanson qu’on se repasse 10 fois de suite dans une tentative désespérée de faire disparaître le Tunnel Time. Une Revelation, pour paraphraser Newcombe. Exactement comme avec lui, avec le Velvet, les Rolling Stones, ta musique m’a marqué au fer rouge. Une expérience à me faire oublier toutes les merdes que mes oreilles ont du s’empaffer avant toi. « Love out » !

VIDEO MINOTAUR : https://www.youtube.com/watch?v=aeD3-sdGf1c

Depuis j’ai torché toute ta discographie, je me suis calmé sur les drogues et je me défonce quotidiennement avec ta musique. Histoire d’oublier cette chienne de vie et tous ces chiens de l’enfer qui nous guettent: « i get sick at my work, each day and everyday […] there’s no cure but to stay home today ». Ouais, rester à la maison plutôt que d’aller pour la énième fois me bourrer la gueule, et écouter tes chansons. Ecouter Carrion Crawler, Peanut Butter Oven,  Rainbow, I come From The Mountain, The Dream, Contraption/Soul Desert, Strawberry 1+2, Night Crawler, Tunnel Time : autant de joyeusetés où s’accouplent admirablement la dureté du garage avec la folie du psychédélisme. L’alpha et l’oméga du Rock’n’roll. Ecouter Jusqu’à la nausée.

Le Dernier Rockeur

Et si les lettres de ton groupe ne tapissent pas (encore) les murs du Rock And Roll Hall Of Fame, pas la peine d’être Philippe Manoeuvre pour te dire que tu tiens là l’un des meilleurs groupes de rock du monde. Je te dirais même « Le » meilleur mais tu vas prendre la grosse tête et moi je vais passer pour un gros con. Parce que tu vois Ty Segall, je l’aime bien mais il à tendance à m’emmerder avec son recours systématique à la Fuzz grésillante et son petit côté teenager boutonneux. Rock & Folk s’y est trompé, le « dernier rocker », c’est pas lui, c’est toi mon vieux. La liste d’albums longue comme la nuit en hiver que tu empiles depuis 10 ans parle pour toi. Et personnellement j’ai du mal à choisir entre « Castlemania », « Help », « Floating Coffin », «Carrion Crawler/The Dream» ou encore « Putrifiers II », parce qu’à aucun moment tu lèves le pied mon salaud.

18422955_654876088043341_7193445644784010919_o
Crédit de la gloire : Tom Tom de Raw Journey

 

Jusqu’à « Mutilator Defeated At Last ». Y’a « Last » dans le nom est franchement ça aurait pu être ton dernier, tant il touche le sommet des bas-fonds du garage. D’ailleurs tu as laissé entendre que tu prenais ta retraite avant de te raviser. Dommage, parce que ça sera dur de faire mieux : tu tiens là ta pierre de rosette.

VIDEO WITHERED HAND: https://www.youtube.com/watch?v=LK5SYwgVxgQ

Comme dans tous les autres disques mais en mieux, ton jeu de guitare fait mouche, accidenté et tendu comme un string. Là où tant de groupes étiquetés garage tombent dans la facilité en abusant d’effets,  Fuzz (Ty Segall) ou Reverb’ (Allah-Las), tu fais office de dernier cavalier de l’art brut en allant puiser aux racines du mal. L’instrument, l’ampli’ (un mur digne des free-party), « l’espace à remplir » façon Velvet et l’art de la rythmique : violente, sourde et élégante telle une locomotive lancée à plein régime sur les rails de l’extase. Ton sillon est le tien et celui de personne d’autre, et cette sale histoire que tu me fais subir depuis 10 albums se répète une fois de plus sur ce disque, en pire : tu m’attrapes comme un cow-boy au lasso avant de me traîner dans la poussière durant 35 minutes et de me relâcher dans un état semi comateux. Un ride en plein cagnard absolument parfait, entre coups de pieds au cul rock’n’roll et épopées psychés au synthé. (ou à la guitare d’ailleurs, au chant, etc etc), des épopées psychés à clouer Emmanuel Macron en plein discours.

VIDEO STICKY HULKS: https://www.youtube.com/watch?v=Dua9gPlfzG0

Tu aurais dû t’arrêter là mais évidemment tu n’en fais qu’à ta trogne. Après avoir jouer l’album en live, moments de grâce que l’on peut entendre sur « Live At San Francisco », il fallait que tu récidives. « A Weird Exits » n’est évidemment pas aussi fort que « Mutilator » mais tu t’en sors comme un chef. Beaucoup mieux que le Velvet après l’acnéique « White Light.. », avec une nouvelle douceur garago-psychédo du même calibre que Minotaur : The Axis, ou comment passer un Jimi Hendrix défoncé dans la moulinette du son des Oh Sees. Je sais pas toi mais quand je l’écoute j’ai l’impression d’errer dans une lande apocalyptique avant ton solo de guitare venu de nulle part, coup de foudre ultime qui sonne la fin d’une fête qui a duré trop longtemps.

VIDEO THE AXIS: https://www.youtube.com/watch?v=W-Ac65av5t4

Après t’avoir écouté des milliers de fois ces derniers mois, j’ai enfin vu ta gueule vendredi dernier à Levitation. Avec toutes les chances d’être déçu face à un obscur objet de désir. Mais non, t’as fait le job’, écrasant les notes de la première à la dernière seconde avant de te barrer pour ne plus revenir. Pas de rappel à la con, pas de fioritures. Un set aussi violent que la tempête Xinthia. Une  sensation d’extase indescriptible. Je me suis même laissé aller au « slam’ », ce truc de branleur hippie qui me fait d’habitude autant bander que Christine Boutin en string léopard. Tout ça pour toi, John. Guerrier magnifique d’un rock garage sans âge que personne n’oserait venir emmerder en foutant les pieds sur scène : le dernier rocker, c’est toi.

John Dwyer // Thee Oh Sees // 2007 – ……

https://www.youtube.com/watch?v=FrMacbbLxuc : Le live a KEXP à se repasser sans aucune espèce de modération. Histoire de bien finir ce papier amené à marquer l’histoire.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s